Vers un accord de dernière minute sur la dette américaine

--Par Steven Hurst--
View photos
House Speaker John Boehner, R-Ohio, and Senate Minority Leader Mitch McConnell, R-Ky., appear at a news conference as the debt crisis goes unresolved on Capitol Hill in Washington, Saturday, July 30, 2011.(AP Photo/Harry Hamburg)

WASHINGTON (AP) — Après plusieurs jours de bras de fer, la Maison Blanche et les responsables républicains du Congrès semblaient proches dimanche d'un compromis de dernière minute sur le relèvement du plafond de la dette américaine. Les Etats-Unis risquent de se retrouver en défaut de paiement si un accord n'est pas trouvé d'ici mardi.

Alors que les négociations se poursuivaient en coulisses, le Sénat a rejeté par 50 voix contre 49 un projet de loi démocrate présenté le semaine dernière. Le résultat de ce scrutin était attendu et ne devait avoir aucune incidence sur la poursuite des discussions.

Immédiatement après le vote, le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, a estimé qu'un vote définitif pourrait toujours avoir lieu dimanche. "Nous espérons et nous pensons que cela peut se faire", a-t-il dit.

Plus tôt, le chef du groupe républicain au Sénat Mitchell McConnell avait fait savoir que la Maison Blanche et le Congrès étaient très proches d'un accord. Le compromis étendrait la capacité d'emprunt des Etats-Unis au-delà des élections présidentielle et législatives de 2012, une exigence fondamentale de Barack Obama, a-t-il précisé. Dans le même temps, l'accord ne comprendrait aucune des hausses d'impôts que Barack Obama cherchait à obtenir et auxquelles les républicains s'opposaient résolument.

Harry Reid s'est lui aussi dit "prudemment optimiste". "Il y a plusieurs questions qui doivent être résolues (...) Il faut comprendre qu'aucun accord n'a encore été trouvé", a-t-il toutefois déclaré.

Le compromis prévoit également que les deux chambres du Congrès votent sur un amendement à la Constitution sur l'équilibre du budget. L'issue de ce vote n'aurait toutefois pas d'effet sur le relèvement du plafond de la dette.

Le conseiller de la Maison Blanche David Plouffe a expliqué de son côté que les deux parties avaient trouvé un accord général sur un plan de réduction des déficits en deux étapes, dont les détails restaient à régler.

Le sénateur démocrate Chuck Schumer a toutefois précisé qu'un accord n'était pas encore conclu et que les discussions sur un grand nombre de sujet n'avaient pas encore abouti. Mais il a toutefois évoqué le "soulagement" de la Maison Blanche et du Congrès devant l'avancée des négociations.

Les Etats-Unis ont jusqu'à mardi pour trouver un accord au Congrès sur le relèvement du plafond de la dette, actuellement fixé à 14.300 milliards de dollars (environ 9.882 milliards d'euros). Sans cela, le pays se retrouverait en défaut de paiement, une catastrophe financière potentielle pour l'économie nationale encore convalescente de la crise, et qui risquerait d'avoir des répercussions à l'étranger.

Dans le cadre du plan négocié tard samedi soir, le plafond d'endettement du pays serait relevé en deux temps d'environ 2.400 milliards de dollars (environ 1.670 milliards d'euros) et les dépenses seraient réduites d'un montant légèrement plus élevé, selon des sources officielles au courant des pourparlers. La première hausse du seuil d'endettement, d'environ 1.000 milliard (695 milliards d'euros), interviendrait immédiatement et la seconde plus tard dans l'année.

Le président Barack Obama avait menacé d'opposer son veto à toute législation risquant d'entraîner une répétition de la crise actuelle l'an prochain, année de l'élection présidentielle. Mais il a dû se plier aux exigences des républicains qui réclamaient que les déficits soient réduits, sans hausses d'impôts, en contrepartie d'un plus grand pouvoir d'emprunt pour les Etats-Unis.

"Il reste très peu de temps", avait rappelé Barack Obama samedi dans son allocution hebdomadaire à la radio et sur Internet. Il avait appelé à la fin des manoeuvres partisanes, jugeant que "le temps du compromis au nom du peuple américain est venu".

Le chef de la majorité démocrate au Sénat Harry Reid avait reporté de son côté à dimanche un vote test sur sa propre proposition de relèvement du plafond de la dette afin de laisser aux négociateurs des deux camps le temps de travailler sur un accord de compromis. AP

sb/v/jp/v